Cyclo Club de Rouvroy

180 articles,

165 sites à ce jour
Admin 13|11|2019 Plan du site Forum Liens Album Photos Admin
Accueil >>  CARTES & METEO

Le tour du Pas de Calais en 2002


LES 2, 3 ET 4 JUILLET 2002

samedi 9 février 2008, par Guy Defontaine


C’était notre tour 2002 !

Tout avait commencé le Lundi 1er Juillet 2002. Vers 18 h 30, la troupe des candidats au tour du Pas de Calais se retrouvait au local du club pour y amener les bagages qui allaient les accompagner pendant les trois jours. Lorsque je vis la taille de certains sacs, je me félicitai d’avoir, jadis, cassé ma tirelire pour m’offrir un Scénic... Et aussi d’avoir amené la remorque !! En effet, j’essayai d’imaginer le tout dans ma Twingo !

Mais bientôt un reproche m’assaillit : pourquoi n’avais-je pas opté pour une remorque plus spacieuse ? Où allais-je bien pouvoir caser toutes ces glacières et diverses provisions de bouche ?? Mais, bon... Tout finit par trouver place ou dans la voiture ou dans la remorque. Il n’y avait plus qu’à aller dormir et on se donna rendez-vous au lendemain, 7 h 30, au local, pour la photo : même que " Nord Eclair " serait là !! A demain, donc.

Mardi matin, 7 h 45 : Tout le monde est au rendez-vous, à l’heure. Enfin, quand je dis tout le monde... presque tout le monde ! Puisque, d’abord, le correspondant du quotidien local a ravalé la consigne ! Puisque, aussi, l’ami Jean Jacques a connu un ennui technique de dernière heure : après quelques décamètres hors de chez lui,... chaîne cassée ! Donc, retour à l’atelier et réparation ! Pourtant, une chaîne presque neuve ! Pensez : à peine 24 000 km ! Décidément, le matériel d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier ! En plus, les dérive chaînes d’aujourd’hui .... !! Bonjour !! Pourtant, question mécanique et entretien, Jean Jacques, c’est une pointure ! Il faut pourtant bien démarrer ! Alors, Valéry et Claude se proposent d’apporter une chaîne en bon état à Jean Jacques. Le reste du groupe prendra la route prévue et le trio prendra un chemin plus direct pour nous rejoindre. Dans la voiture, Nadine et Annie, qui ont accepté de nous accompagner, sont en liaison régulière avec nous grâce aux portables. (la technique a parfois du bon)

Les kilomètres défilent et les rafales de vent ne faiblissent que rarement, et, à chaque fois que le vent se calme, une averse s’abat sur nous ! Mais bon, comme elles sont espacées, on a le temps de sécher. A Pas en Artois, les filles nous attendent et nous en profitons pour manger et remplir les bidons. Valéry nous appelle pour nous demander de les attendre à Lucheux. Et toujours le vent, et toujours les averses ! A Lucheux, nous attendons ! Longtemps, et, en plus, les portables ne passent pas  ! Au bout d’un moment, le groupe décide de monter jusqu’à Bouquemaison pour " avoir le réseau " Las ! les copains ne sont pas passés devant les dames, donc, retour à Lucheux ! Je croise d’abord Claude, puis, dans la cabine téléphonique, Jean Jacques et Valéry qui tentent de m’appeler ! Bon, on se remet en route : côte de Bouquemaison, seconde édition ! (Claude est d’abord allé tout droit, mais s’est vite et bien repris !) Nous apprenons alors la cause du retard de nos collègues  : la chaîne de Jean Jacques a cassé une nouvelle fois ! Ce fichu dérive chaîne n’est pas performant ! En plus, on perd son calme et son sang froid à force ! Nous voilà donc au sommet de la côte : plus personne ! Les copains ont continué vers Auxi le Château où nous devrions pique niquer. Heureusement, ce matin, j’ai eu une idée ! (c’est rare, mais ça arrive !) j’ai pris le numéro du C.P.I.E (Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement) d’Auxi, centre de séjour où je suis allé plusieurs fois avec l’école. Nous aurons donc une salle pour manger. C’est bien, parce que Jean Jacques, vedette du jour, a prévu l’apéro pour fêter son départ à la retraite !

Le repas terminé, nous reprenons la route vers le Crotoy. Sur le chemin, pas grand chose à signaler : des averses, du vent ...Ah si quand même ! Sur une petite route, à la sortie d’un village, Christian, victime d’un coup de frein du copain de devant, s’est couché sur la crête de droite ! Sans gravité et... quelles jolies herbes... ! Et toujours le vent... jusqu’à Noyelles sur mer.

Là, nous prenons la piste cyclable, très agréable ! Surtout pour Serge Macq ! Notre ami, grand amateur de nature, herboriste dans l’âme, profite de la présence de deux enfants en bord de piste pour se jeter à terre, simulant le chasseur de lièvre au gîte, ou encore le cyclo superstitieux avide de trèfles à quatre feuilles ! Les gosses en rient encore ! Nous arrivons enfin au Crotoy ; devant la pancarte, photo ! Le gîte qui nous attend est à deux pas, nous voilà donc tous repartis. Tous ? Non ! Pas Jean Jacques qui vient de ... casser sa chaîne !!! Alors, notre président décrète que, décidément, Jean Jacques est le " maillon faible " de la journée !

La villa Etiennette nous accueille dans un cadre un peu vieillot, mais bien sympa. C’est au moment de préparer la tenue de soirée que Nadine s’aperçoit qu’elle n’a pas pensé à prendre les chaussures de Philippe ! Le temps d’une course en ville et voilà les pieds de notre pote armés de magnifiques espadrilles noires du meilleur effet ! Après la douche, on se retrouve pour un petit apéro (de la modération bien sûr, on est sportif, quand même !!) Ensuite, c’est sous une pluie battante que nous nous rendons au restaurant. Là, dans un cadre simple, nous dégustons un frugal repas, arrosé, (toujours modérément !!!!!), d’un petit verre de vin (on peut bien se permettre un petit écart !) Vers 22 h 00, tout le petit monde du vélo se retrouve dans les chambrées. Quelques-uns dorment vite, quant aux autres (" les Bad Boys "), joueurs et flambeurs invétérés, des jeux de cartes les occuperont jusque tard dans la nuit !

Mercredi 3, 7 h 30 : Petit déjeuner. Depuis longtemps déjà, des bruits de pas nous avaient avertis que la nuit prenait fin ! De plus, les rafales violentes et la pluie battante n’avaient cessé de se relayer pur tenir éveillés les cyclos au sommeil sensible. Bref, toute la nuit, le temps avait été exécrable ! Alors, le petit déjeuner prit son temps. Ensuite, le temps de ranger les sacs dans la voiture ou la remorque, vers 8 h 30, il était temps de partir, direction Marquise. D’emblée, nous comprîmes que le temps ne serait pas terrible et que l’un des gros titres de la journée serait : LA PLUIE !! En effet, dès la sortie du Crotoy, une petite pluie fine commençait à nous accompagner ! Bien vite, une autre constante de la journée fit son apparition lorsque Alain nous annonça : CREVAISON ! Nous commençâmes alors à vivre les prémices de ce qui devait s’avérer être un quasi calvaire ! Pourtant, le parcours tracé par nos camarades, Gérard, Serge et Valéry n’a cessé, au fil de la journée, de nous éblouir par la joliesse des villages traversés, par la rudesse des bosses escaladées, mais aussi par la solidarité des membres du groupe, pourtant si hétérogène, par la patience de nos " suiveuses ", toujours présentes aux moments où on avait besoin d’elles ! En effet, à peine avions nous parcouru 25 km, que trois crevaisons agrémentaient déjà notre sortie, il faut dire que la pluie battante nous était très fidèle ! Alain, notre Président s’avérait être, dès 11 h 00, l’homme du jour avec trois crevaisons à lui tout seul !! Le tout, avant d’avoir parcouru 60 km ! Mais il ne fut pas le seul, puisque, avant le pique nique, on enregistrait 9 crevaisons sous la pluie en 65 km !

Etant données les conditions atmosphériques, nous décidons de ne pas nous arrêter trop longuement le midi : Annie et Nadine se chargèrent de faire les courses et de nous trouver un lieu d’accueil. C’est donc à Carly que le patron du café local nous accueillit généreusement, le temps d’un pique nique. Le matin, nous avions escaladé quelques belles bosses (Hubersent, Haut Pichot.....) Comme on était là pour ça, ça tombait bien ! Mais... la pluie... Alors, les discussions allaient bon train pour savoir si on devait suivre le parcours établi ou s’il n’était pas judicieux de couper au plus court. Bref, nous reprîmes la route et, d’averses en averses (sans crevaisons l’après-midi), nous finîmes par atteindre Wimille où la discussion autour de la remorque (ravitaillement oh combien apprécié !) fit rage ! Doit-on couper ? Doit-on continuer ? Comme une éclaircie est sur nous, les optimistes enlèvent le morceau  : on continue vers Bayenghem où on pourra choisir si on va au Cap Gris Nez ou si on rentre. Une erreur de parcours nous entraînera tous à nous rendre au cap ci-avant cité. La pluie battante nous accompagne tout au long de l’escalade, nous aveuglant par moments et transformant la chaussée en semi torrent ! Quelques téméraires entreprennent le tour du site et peu après, tout le monde reprend, enfin, la route vers Marquise et le " château de Ledquent ", notre lieu de villégiature. Après quelques errements, le groupe finit par aborder ce lieu, seule véritable éclaircie de cette journée, marquée par une pluie ininterrompue et des crevaisons à répétition.

Après une douche réparatrice, bien qu’un peu chiche, l’heure de l’apéro dans l’une des chambres des garçons nous permet de faire un premier point. Malgré les conditions, notre groupe tient la route ! Et pourtant, quelle différence de niveau dans les bosses (on en a eues !) Quoi de commun, à priori, entre le prof d’Université, le retraité de l’industrie ou le gars qui bosse sur chaîne ? Et comment faire pour faire cohabiter un Directeur d’école du Service Public et un enseignant du privé ? Quoi de commun ? Simple !! Le vélo ! L’envie de rouler, mais surtout, surtout, l’envie irrépressible de partager sa compétence, son envie, sa connaissance du terrain en se fichant éperdument de la performance et de son intérêt personnel : la joie de rouler ensemble, tous niveaux confondus, de partager ensemble les mêmes galères, costauds ou pas, ou plutôt chanceux ou pas ! Voilà ce qui nous fait rouler encore ! Et le soir, les gars : ( et les filles ) Quelle ambiance !! A l’apéro, au repas, (très bon, au passage) tout est bon pour raconter, mettre au point, conseiller, critiquer, et pour tout dire, contribuer à faire que notre prochaine expédition soit encore plus grandiose ! Ce soir, après le repas, les crevaisons, les chaînes cassées, la pluie, le vent, on n’y pense quasi plus. Ce qui demeure, c’est le plaisir d’être là, ensemble, du plus jeune (37 ans), au plus ancien (30 ans de plus !) autour de la table, à partager le repas, la bouteille et surtout... à projeter notre prochain périple ! Alors ce soir, oui, j’ai râlé tout le jour, tout le monde s’est inquiété de mon mutisme inhabituel ; je le reconnais, j’ai " fait la gueule " à cause du temps, que je ne supporte pas. Mais là, à 22 h 30, sacré bon sang, les copains, qu’est ce que je suis content d’être avec vous !

Jeudi 4 : Dès le réveil, on croit rêver ! Pas de nuages et même, le soleil qui pointe ! Du coup, c’est une belle ambiance au petit déjeuner, suivi d’une grosse séance de nettoyage, graissage des montures.

Les appareils photos aussi ont fait leur apparition, ainsi que les tenues d’été. Nous voilà, en effet, tous en court, du haut en bas. (c’est vrai qu’un peu plus loin, certains revêtiront les coupe vent car le ciel se couvrira, mais dans l’ensemble, beau temps !) Est ce justement le temps, enfin clément, ou la perspective de rentrer, ou l’accoutumance aux efforts répétés ? Toujours est-il que j’avoue avoir une faiblesse pour ce troisième jour !

Et pourtant, les pisteurs ne nous ont pas ménagés encore : Ventu d’Alembon .... Certes, notre Gégé nous a évité la Calique... ! Mais du côté de l’usine désaffectée, quelle pourcentage !!

Question ravito : nickel ! Nos " dames du Scénic " avaient fait les courses en grand, si bien qu ’aux pauses, le choix était varié, tant pour le solide que pour le liquide, merci les filles !

Mais, voilà, qu’à force de pédaler dans un décor champêtre, il est déjà midi. Valéry, guide accompli, nous a réservé une tablée au " Rallye " à Fauquembergues. Repas simple, mais copieux et bien adapté à l’effort. Vers 14 h 00, reprise des activités, dont encore plusieurs crevaisons, (change tes pneus, Alain !!) qui permettent à chacun, soit de rouspéter (" c’est bon, Alain, change tes pneus ! "), soit de rigoler (c’est pas très sympa, mais voir Alain en colère, qui change enfin son pneu, c’est rare et plutôt distrayant !!), soit de souffler ! De bosse en bosse (il y en eut encore pas mal !), de ravito en ravito (il y en eut aussi !) le voyage prend fin . Bientôt, les tours de mont st Eloi se profilent à l’horizon, et la dernière côte donne l’occasion à Gérard, Serge et Valéry, nos guides, organisateurs de se mettre en valeur. Peu de temps après, tout le monde se retrouve à Acheville, pour récupérer les bagages.

Voilà, l’aventure est terminée ! Aventure : le mot est à la fois bien et mal choisi. Mal choisi d’abord, car nos camarades Valéry, Serge et Gérard ont préparé ce tour avec un tel soin, une telle précision ; les points de chute ont été choisis avec un tel souci que l’on pourrait dire que l’aventure n’avait pas sa place dans les trois jours. Malgré les conditions souvent détestables, des parcours difficiles, bien que très beaux, tout, jusqu’au moindre détail avait été réglé au millimètre et a fonctionné au quart de poil. Vraiment, une fois de plus, un grand bravo à nos grands hommes. Comme disait Serge : " On a envie d’être rentré pour pouvoir remettre ça au plus tôt ! " C’est vrai, que si on peut, on repartira bien volontiers. Bien choisi, l’aventure, ensuite, car, cette idée d’une itinérance n’est pas neuve. Serge avait déjà énoncé cette idée à plusieurs reprises. (Il l’a mise en application quelques fois, d’ailleurs, au sein d’autres instances) Ensuite, il n’était pas dit qu’un groupe de 16 personnes pourrait cohabiter trois jours durant sans heurts. De plus, l’hétérogénéité du groupe, au simple plan sportif, pouvait faire présager bien des difficultés : que ce soit au regard de l’âge des participants ou au regard des compétences, les différences sont nettes (j’en ai parlé déjà) Les conditions atmosphériques (notamment le second jour), auraient pu également être un facteur de zizanie, de même que les crevaisons qui en étaient les conséquences. Mais non, le groupe demeura soudé, des matins jusques aux soirs, et chacune et chacun , nous n’avons qu’à nous en féliciter ! Oui, les filles, oui, les gars, Nous avons fait un beau et grand Truc ! L’aspect sportif n’est pas à négliger, mais à mon avis, ce n’est pas celui qu’on doit privilégier. Notre club, à tout le moins, un des groupes de notre club, vient, en ce début de Juillet 2002, de franchir un cap ! Nous y étions, j’en suis content, et, pourquoi ne pas le dire, fier aussi. Ensemble, nous avons prouvé que des valeurs humaines perdurent, qu’il est possible, aujourd’hui encore, malgré ce que l’on voudrait nous faire croire, de faire vivre ensemble, plusieurs jours, un groupe d’individus différents à tous points de vue, mais tous réunis autour de principes simples. Ces principes, qu’aucun organisme, à quelque niveau qu’il soit (régional, mondial, sidéral...) ne sera jamais capable de planifier ou de normaliser. Ces principes sont : RESPECT DE L’AUTRE et PLAISIR de partager avec les autres. Alors les copains, si d’aventure, Serge, Gégé ou Valéry me préparent un autre périple, sans réfléchir plus loin que mon égoïste envie d’y repiquer, je dis : c’est quand vous voudrez, et... je ne serai pas le seul. Merci pour tout, encore et ... à bientôt. Pour mémoire : 425 km parcourus en trois jours avec un minimum de cinq bosses par jour (petit minimum !) Une moyenne qui, pour n’être pas proche de celle d’Armstrong, nous satisfait, puisqu’elle s’établit aux alentours de 22 km/h. D’autres photos de cette sortie sont visibles dans le dossier ou le diaporama sorties vélo 2002-2003 ... Ont participé à ce périple : Dans la voiture : Nadine DURETZ et Annie RENAULT Sur les vélos : Claudine HAVART, Christian BARBIER, Alain CARON, Guy DEFONTAINE, Gérard DEWULF, Daniel DONDELA, Jean Jacques DUPLOUY, Philippe DURETZ, Serge HAPIOT, Alain HAVART, Claude LEDAINE, Serge MACQ, Valéry PLATEL et votre serviteur.

Un diaporama existe sur cette sortie de trois journées.

   
 

 



<BOUCLE_Forums>
Erreur MySQL
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE (forums.id_article='35') AND forums.id_parent=0 AND forums.statut='publie' ORDER BY forums.date_heure DESC
Table 'ccrouvroy.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_Forums>




<BOUCLE_forums_decompte>
Erreur MySQL
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE (forums.id_article='35') AND forums.statut='publie'
Table 'ccrouvroy.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_forums_decompte>




<BOUCLE_forums_liens>
Erreur MySQL
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE (forums.id_article='35') AND forums.id_parent=0 AND forums.statut='publie' ORDER BY forums.date_heure DESC
Table 'ccrouvroy.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_forums_liens>


.
Vous pouvez participer à la vie de ce site et proposer vos propres articles en vous inscrivant ci-dessous. Vous recevrez immédiatement un email vous indiquant vos codes d'accès à l'espace privé du site.
Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Votre nom ou pseudo

Votre adresse email

SPIP / Squelette Spip01
© 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL